vendredi 14 décembre 2018

Ce que vous pouvez faire en forêt… ou pas

Ce que vous pouvez faire en forêt… ou pas

Autorisé ou non ? Alors que la forêt regorge de tentations (bois mort, gui, sapin…) voici ce que dit la réglementation.

Ramasser du bois mort

Du bois mort pour la cheminée, de la terre de bruyère ou des feuilles mortes pour le jardin, du branchage ou même du sable… il peut être tentant quand on se promène en forêt de ne pas repartir les mains vides. Mais l’ONF est très clair à ce sujet : c’est interdit, et passible d’une amende ! « Les branches et le bois mort contiennent une grande partie de la matière organique et participent, avec la chute annuelle des feuilles, à l’enrichissement du sol. C’est pourquoi pour le respect de l’écosystème forestier, elles sont laissées volontairement au sol. Le bois mort qui se transforme en humus, maintient la fertilité du sol et assure le renouvellement naturel de la forêt » explique l’ONF. Les arbres morts deviennent aussi un habitat pour les animaux et les végétaux. Ils sont même trop rares pour certaines espèces dans des sites trop nettoyés.

La propriété du bois mort a toujours été claire : suivant l’article 547 du Code civil actuel, il fait partie du fonds en s’y intégrant. le propriétaire en dispose donc librement.

Prendre les buches entreposées

Ils font envie à tous les propriétaires de cheminées, ces grands tas de bois entreposés que l’on trouve régulièrement en forêt. Là aussi, il est totalement interdit de les emporter. Même s’il reste stocké plusieurs semaines, le bois appartient à quelqu’un et est  volontairement laissé sur place pour qu’il puisse sécher.

Cueillette des fleurs et champignons

En théorie, la cueillette, de fleurs, comme de champignons, doit être soumise à autorisation préalable. A défaut, vous pouvez être passible d’une contravention. Dans les faits, ce genre de récolte est toléré, à condition que le promeneur reste raisonnable dans ses prélèvements (consommation familiale). Et surtout, que la pratique soit sans but lucratif. Dans ce dernier cas, une autorisation et des accords préalables sur les conditions de prélèvement sont indispensables.